Repousser le désert du Sahara

Dans projets-mondiaux, qui était Projets Maître du monde phase 2 situé maintenant à http://Siteweb.tripod.com/projets-mondiaux.htm, j'ai le projet de évaporateur d'eaux salées en départ de paragraphe. Alors moi pour repousser le désert du sahara, je procéderais de la façon suivante. Je me placerais sur la côte ouest. L'endroit de prédilection serait au nouveau Maroc, anciennement Sahara Occidental, sur la côte à la latitude de El Aioun qui est environ à 27.7 degrés latitude nord.

J'installerais 4 évaporateurs d'eaux salées dans les dimensions et le principe que j'ai proposé dans mon autre page internet, distancé environ 200 mètres chacuns. Les 4 évaporateurs d'eau salées à énergie solaire seraient très près de la côte, de distance que on pourrait voir l'océan, mais pas trop proche pour que la distance avec l'océan ne pourrait pas nuire dans le cas de routes ou de marées. Ce serait assez loin pour que les évaporateurs soient sur le sec et n'entravent pas les routes actuelles.

Ensuite je entre dans le désert à deux importantes dunes de distance des évaporateurs d'eaux salées. Et je vais dans le creux entre la deuxième dune et la troisième dune. Je fais un point qui se situe à la même latitude que l'évaporateur d'eau salée située le plus au nord parmis les quatre que j'ai installé. Puis avec un bulldozer. je fais un fond dans le sable environ 15 mètres par 15 mètres de niveau. Puis avec des blocs de ciment que j'ai fait, je construis un contour de 4 fois 15 mètres, un plancher de ciment de 225 mètres carrés et je monte les murs de blocs de ciment de 15 mètres de hauteur. Des gros blocs de ciment style un peu pyramide mais un peu moins épais, disons environ 4 fois plus petits. Puis là, je remplis le cube de 3375 mètres cubes ainsi formé de sel de mer provenant des 4 évaporateurs d'eaux salées à énergie solaire. Après que les murs sont faits, je prend le bulldozer et je repousse le sable de la deuxième dune et de la troisième dune sur les murs de blocs de ciment et avec les camions, je passe par dessus ni plus ni moins et je remplis complètement le 3375 mètres cubes de sel de mer. Ensuite, je fais un couvercle en blocs de ciment à la boîte et bien fermé même si pas tout à fait étanche, un certain respect. Ensuite je compte deux kilomètres sud et je fais la même chose une deuxième fois, puis à partir de ces deux boîtes en blocs de ciment contenant une quantité de 3375 mètres cubes de sel, je pars vers l'est à deux kilomètres dans le désert et je refais la même chose encore entre deux dunes à la même latitude. Cela donne un carré de 4 kilomètres carrés dans le désert. Il y aurait 4 boîtes de ciment de 3375 mètres cubes de sel de mer sous le sable à demi ou aux deux-tiers ensevelis.

C'est entre ces quatres boîtes de sel de mer, sur la surface du désert à l'est de ces 4 évaporateurs d'eaux salées que le match de repousser le désert se jouerait. On place des grues mécaniques, des camions malaxeurs à ciments. Et les bateaux arrivent chargés des égouts des grandes villes du monde entier, en fait de toutes les grandes villes participantes à un programme écologique en assainissement des eaux usées et les égouts sont transportés dans des super-pétroliers en vrac, chargés et déchargés à la pompe à ciment monstre des cales puis chargés dans les camions malaxeurs de ciment, puis moitié-moitié mélangés avec le ciment de ces dunes entre les quatres boîtes de sel de mer. Lorsque bien mélangé, moitié-moitié sable et égoûts de excréments humains en pâte molles, répandus sur le sable raboté au bulldozer. Jusqu'à un pavement du désert environ un mètre d'épaisseur sur quatre kilomètres carrés, soit un total de 4,000,000 de mètres cubes de excréments des égoûts des grandes villes du monde, mélangé à autant ou plus de sable de ces dunes du désert, le sol n'étant plus de dunes désertiques mais devenu bien plat, un sol qui composte avec le soleil et le climat sur place, incluant les tempêtes de sable.

On installerait des antennes de communications sur les toits des boîtes de ciment emplis de sels de mers. On installerait des bonnes antennes avec des soucoupes pour des satellites et des technologies pour des téléphones cellulaires et des postes de radio et de télévision. Ce serait des antennes environ 60 mètres de haut, sur quatres piliers un peu comme la Tour Eiffel.

Puis ensuite que tout est bien plat, bien répandus ces surplus de excréments, une bonne couche de un mètre, on positionne un nouveau point juste au centre de ces quatre antennes et on creuse un cratère de 60 mètres de rayon et de 60 mètres de profondeur. Puis on fait un nouveau plat au fond pour faire une cinquième boîte de sels de mer de 15 mètres par 15 mètres par 15 mètres. Qu'on remplit à nouveau de sel, puis qu'on referme et puis qu'on recouvre de sable, puis qu'on remet le sol de nouveau à niveau au-dessus. Lorsque tout est bien refait en surface, on ajuste un peu du mélange dans ce 60 mètres de rayon encore avec les camions malaxeurs à ciment avec le mélange initial moitié-moitié excréments des égoûts humains en pâte semi-molles et sable. Peut-être on ajoute encore un 200,000 mètres cubes de excréments, on laisse composter par le temps et on dispose de la place pour construire un Hôtel de luxe et une orangeraie dans les années futures.

Lorsque ce 4 kilomètre carré est fait, on entame un autre et un autre selon le même principe. Si on calcule tout le désert du Sahara, le temps qu'il faudra pour y arriver à faire une couverture du genre, il faudra plusieurs milliers d'années et ainsi faire permettrait de préserver l'existence de la vie humaine sur terre jusqu'à la fin.


Le prix d'un tel projet, prix de conception, prix de matériaux, valeur

Pour être réaliste, il faut se pencher sur les vrais prix pour un projet de ce genre. Moi-même, je ne le sais pas. J'imagine, c'est tout ce que je peux faire. Chose certaine, je ne peux pas accorder l'autorisation d'un tel projet, je ne peux pas assurer le financement, que ce soit de ma fortune personnelle, que ce soit de la fortune de ma compagnie internationale que je ne mentionnerai pas le nom ici.

Pour continuer de imaginer, je vais essayer de faire ma propre estimation. Des excréments de cette consistance, si c'est vendu disons, le prix à la pompe lorsqu'il est allé chercher dans les usines de traitements des eaux usées, c'est environ un baril de pétrole normal environ 125 litres consistance moyenne pour environ un mètre cube de ces excréments qui serait environ 1000 litres consistance moyenne si c'est prélevé en bassin d'eaux douces, peut-être un mètre cube et demi qui serait environ 1500 litres consistance moyenne si c'est prélevé en bassin d'eau salée, puisqu'il y a des réseaux d'égoûts en eaux salée, c'est aussi possible. Si c'est livré à un endroit précis, à partir de n'importe où disons vers n'importe où, il faut ajouter les frais de livraison. Disons en moyenne le prix est au minimum le double, soit deux barils de pétrole normal environ 250 litres consistance moyenne pour environ un mètre cube de ces excréments qui serait environ 1000 litres consistance moyenne si c'est prélevé en bassin d'eaux douces, peut-être un mètre cube et demi qui serait environ 1500 litres consistance moyenne si c'est prélevé en bassin d'eau salée.

En comptant toutes les installations supplémentaires, lorsque le plan en entier de un hôtel de luxe, une orangeraie de 4 kilomètres carrés, 4 antennes de télé-communications de 60 mètres de hauteur, 10 soucoupes de évaporations d'eaux salées, et le reste incluant des fondations de blocs de ciments emplis de sels de mers, si il faudrait mettre un prix pour le vendre en nombre de barils de pétrole, une vente à perte tournerait autour de 5,000,000 de barils de pétrole et bien sur à ce prix, ce serait uniquement le prix du terrain.

Mais il s'agirait d'un terrain décontaminé avec des contaminants, dont leur provenance serait internationale de toutes les villes du monde. Donc ce serait un bien commun et il serait partagé lors de la vente pour encourager tous les participants. Une tâche de ce genre, on devrait avoir besoin de beaucoup de personnes pour y travailler. On prendrait tous les volontaires sans regarder l'âge, la race, la nationalité, la préférence religieuse ou les traditions. Il faudrait respecter un code d'éthique.


Éliminer les déserts avec du purin de porc liquide importé

On pourrait concevoir un tout nouveau genre de conteneur qui serait un peu fait comme une cannette de bière en aluminium ou une cannette de sardines en aluminium. Vous avez le modèle réduit disons et avec le doigt vous ouvrez la cannette en tirant sur une petite particule de métal. Alors mon concept ce serait de fabriquer des cannettes de ce genre de forme cubique qui pourrait contenir environ de huit à dix mètres cubes de purin de porc liquide dedans. Cette cannette de huit à dix mètres cubes de forme cubique serait placée dans un espèce de panier qui aurait un plancher en acier et des côtés formés avec des baguettes d'acier soudées les unes aux autres en forme de cage. La cannette de huit à dix mètres cubes serait insérée à l'intérieur du panier qui ce panier serait à la fois un conteneur de manipulations conventionnelles comme les conteneurs de camions-trains-bateaux. Alors le panier et la cannette s'en iraient se faire ni plus ni moins remplir sur les chantiers de grandes porcheries dans le monde entier comme au Danemark au Québec aux Etats-Unis ou peu importe dans quel pays. Ce serait placé à côté des cuves de purin liquides de porcheries ou bien le remplacerait tout simplement ces cuves. Ensuite la cannette serait emplie à pleine capacité. Lorsque la cannette serait pleine, il serait possible de poser un espèce de couvercle dessus même si c'est huit ou dix mètres cubes disons un mètre de hauteur par deux mètres de largeur par quatre mètres de longueur ou un mètre de hauteur par deux mètres de largeur par cinq mètres de longueur, alors le couvercle de la cannette serait dans une dimension proportionnelle. Les coins seraient un peu ronds et le plancher serait un peu ondulé. Le couvercle serait positionné sur la cannette manuellement et avec un appareil serre-joint un peu comme le même principe que l'on fait pour les autres cannettes n'importe quelle, on fermerait le couvercle étanche. Ensuite, on aurait juste à arroser la cannette et le panier, laisser sécher placer un cartonnage autour et au-dessus et charger sur un camion et aller livrer sur un bateau. Ensuite, les conteneurs seraient superposés sur des énormes bateaux trans-océaniques les uns par dessus les autres avec les mêmes moyens de transbordement que n'importe quelle marchandise et destination le désert du Sahara ou un désert choisi par exemple. Ces conteneurs seraient livrés dans les déserts pour combattre la désertification et serviraient en tant que fertilisants des sables. Le prix demandé serait de huit barils de pétrole pour un conteneur de huit mètres cubes et de de dix barils de pétrole pour un conteneur de dix mètres cubes.

Lorsque les conteneurs arriveraient à destination, les personnes auraient juste à ouvrir le couvercle comme on ouvre une cannette de bière ou une cannette de sardines et découvrir à l'intérieur le purin liquide de porc. Alors le couvercle s'ouvrirait avec les doigt. Ensuite, les preneurs pourraient répandre le contenu dans le désert et ensuite, ils enlèveraient la cannette de huit à dix mètres cubes et ils l'enverraient au recyclage, s'ils veulent ils peuvent la garder et ils retourneraient le panier vide au producteur pour qu'ils refassent le plein et ainsi de suite, s'ils veulent pas il y a un frais supplémentaire à payer.

De cette façon il y aurait une commercialisation du purin de porc liquide qui deviendrait un élément de développement extra-territorial pour faire le développement dans le monde entier. Ce qui mettrait une valeur ajoutée à l'élevage du porc et en plus réduirait la pollution causant des malentendus dans l'accord de Kioto ce qui devrait améliorer le monde entier. Il y aurait des potentiels énormes dans ce sens dans le commerce international entre les pays producteurs de porc et les pays producteurs de pétrole.


Le compost des villes surpeuplées en sacs de 30 kilogrammes exportables

On pourrait fabriquer des sachets de 30 kilos en plastiques avec dessins de symboles de la provenance de la ville et avec analyse chimique du purin humain composté qui servirait à des fins d'exportation en vrac c'est à dire à raison de plusieurs milliers de sacs de 30 kilos par livraison aux endroits de prédilection de nos gigantesques faillites antécédentes.

Ce serait un dessin de plus ou moins la carte postale correspondante à son origine sur l'emballage du produit. Par exemple Paris serait la tour Eiffel, New York serait la statue de la Liberté, Toronto serait la tour d'observatoire du CN, Londres serait l'horloge portuaire, etc., n'importe quel symbole de ce genre personnalisant le contenant du sac de purin humain composté.


Dans le même ordre d'idées

Projets maître du monde partie 2: Énumérations de mes inventions pour combattre les déserts
Arrêtez de brûler les boues d'épurations usées de Step d'Aïre en Suisse: Un autre projet du même genre pour sauver L'Europe de la débâcle économique fatale
Arrêtez de balancer à la mer les égoûts et ordures du United Kingdom : Sauvez la planène contre la désertification du désert et la pollution des océans